Deux ans après Fukushima

Ce sont les éditions ZULMA qui nous offrent ce merveilleux roman :
                           « Le peintre d’éventail » de Hubert HADDAD
L’action – si toutefois on peut parler d’action – se déroule dans la contrée d’Atôra, au Japon. L’écriture, sinueuse et baroque, nous convie à l’admiration des choses, des êtres. Dans la pension de Dame Hibon se cotoient des personnages improbables que les phrases contournent, effleurent, sondent, sans que jamais aucune réponse ne soit donnée. Le secret des êtres leur appartient. L’écriture donne à voir. Elle nous introduit également dans le merveilleux jardin attenant à la pension de Dame Hibon, chef d’œuvre de compositions diverses, savamment crées et entretenues par maître Osaki, jardinier modeste et peintre d’éventails.
Matabei, pensionnaire d’abord chez Dame Hibon, va ensuite consacrer sa vie à poursuivre l’œuvre du peintre jardinier, nous conviant à accueillir l’impermanence et la grâce du monde, même après l’innommable dévastation, un certain 11 mars 2011…
Un roman dramatique et insaisissable, virtuose et émouvant…
(« Le Peintre d’Eventail » – Editions Zulma – 17.00 €)

Laisser un commentaire